Dialoguer avec le coeur

« Le cœur est le tambour du monde »

Clarissa Pinkola Estès – Femme qui courent avec loups.

 

De la naissance à la mort, notre vie est rythmée par ce petit battement intérieur.

A seulement 21 jours de la grossesse, un amas de cellule, le « nœud sinusal » se met déjà à battre, alors que ça ne semble apparemment pas indispensable puisque ce qui sera plus tard le cœur n’a pas encore besoin de sa fonction de « pompe ». Néanmoins, ce petit bourgeon cellulaire s’adapte à la vie et semble déjà donner des informations à l’organisme. Des lors, il est soumis à ce qui sera plus tard la respiration et les systèmes nerveux sympathiques et parasympathiques.

La musique est alors lancée !
Mais que se cache t’il derrière ce petit battement merveilleux ?

Le cœur est un système imprévisible qui s’adapte en permanence aux contraintes de la vie et informe l’organisme. Il ne bat jamais au même rythme. La fréquence cardiaque varie constamment.
Au repos, cette fréquence varie entre 50 et 80 pulsations par minute. En réalité ce chiffre est une moyenne.  Votre cœur ne bat pas à un rythme constant de 50 pulsations par minutes mais il alterne entre 48, 53, 49, 54, 47, 52… C’est ce qu’on appelle la « variabilité cardiaque » (ou variabilité sinusale).

La variabilité cardiaque représente la capacité du coeur à s’adapter aux sollicitations intérieures ou extérieures.  Plus la variabilité cardiaque est forte, plus notre cœur est apte à s’adapter aux contraintes de la vie et surtout au stress. Elle est irrégulière car influencée par de nombreux facteurs comme la respiration, les émotions, les maladies, le stress et l’âge. En vieillissant, cette variabilité diminue naturellement.

Si le cœur est un informateur principal de l’organisme, alors décortiquer le signal cardiaque nous donne des informations très précieuses sur ce qu’il se passe dans notre corps.

La variabilité cardiaque est un marqueur de santé fondamental :
Une variabilité cardiaque élevée : le coeur fonctionne correctement, sa fréquence augmente et diminue harmonieusement.
Une variabilité cardiaque faible : le coeur est rapide et varie peu. Lorsque la fréquence cardiaque augmente, elle met un temps anormalement long pour revenir à son rythme d’origine.

En cardiologie, comme le dit le Dr Jean-Pierre Houppe, cardiologue, c’est un marqueur important d’insuffisance cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de mort subite, rien que ça !

C’est aussi un indicateur de l’état psychologique.

Une grande variabilité cardiaque montre une bonne capacité de résistance au stress et une bonne gestion des émotions. A l’inverse, vous avez une faible variabilité cardiaque si vous êtes fatigué, stressé, anxieux, déprimé ou en burn-out.

 

 

variabilité cardiaque :
Intervalle de temps qui sépare deux battements du cœur.

système nerveux autonome :
il régit les fonctions «inconscientes» de notre organisme comme le rythme cardiaque et la respiraiton. Il est composé du S.N. sympathique et du S.N. para-sympathique.


Laisser un commentaire